Analyses et prévisions sur les matières premières

La pire crise pétrolière depuis des décennies présage de prix encore plus hauts (II)

 

Dans la première partie, publiée vendredi, nous nous sommes concentrés sur les risques croissants liés à l’offre sur le marché pétrolier actuel. L’article d’aujourd’hui examine les dernières tendances de l’offre afin de voir quelles sont les perspectives pour combler le déficit de l’offre.

Les difficultés de production de l’OPEP se poursuivent

Le dernier rapport mensuel de l’AIE sur le marché du pétrole identifie le facteur clé de la baisse des stocks mondiaux :

«La sous-performance chronique de l’OPEP+ par rapport aux objectifs, qui a retiré 300 millions de barils de pétrole du marché depuis le début de 2021.»

Comme je l’ai écrit dans le passé, de nombreux membres de l’OPEP+ sont aux prises avec les mêmes vents contraires qui ralentissent la production de schiste des États-Unis : le sous-investissement. Il s’agit d’un problème à long terme qui continue de se manifester avec chaque point de données mensuel.

Dans le dernier rapport sur la production de l’OPEP publié la semaine dernière, le groupe a une fois de plus dépassé son quota de production de plus de 600 000 barils/jour. Le problème remonte aux luttes de production en cours dans les pays périphériques membres de l’OPEP+, dont l’Angola et le Nigeria, entre autres.

Les deux seuls membres de l’OPEP+ disposant d’une capacité de réserve significative sont l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Personne ne connaît exactement les chiffres de la capacité de réserve, mais la plupart des estimations consensuelles se situent entre 2,5 et 3 millions de bbl/j de production combinée pour les deux pays. En théorie, si l’Arabie saoudite et les EAU ouvraient les robinets et produisaient à plein régime, ils pourraient presque compenser les pertes d’approvisionnement de la Russie qui, selon l’EIA, pourraient atteindre 3 à 4 millions de barils par jour.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis peuvent-ils empêcher une crise énergétique mondiale ?

Compte tenu de la situation catastrophique de l’offre de pétrole, les responsables politiques américains, européens et japonais se démènent pour convaincre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis de libérer leurs capacités inutilisées sur le marché. Bien sûr, il y a plusieurs défis à relever.

Tout d’abord, cela impliquerait de rompre l’actuelle coalition OPEP+, car les deux pays dépasseraient leurs quotas de production convenus. Bien sûr, tout est possible, surtout en cas de crise énergétique majeure. Mais en l’état actuel des choses, rien n’indique que l’un ou l’autre pays ait l’intention de rompre l’accord actuel de l’OPEP+.

Pour compliquer les choses, il y a un désaccord croissant entre la Maison Blanche et l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Ce désaccord est dû en grande partie au fait que le président Biden a renoncé à soutenir les efforts de chaque pays dans la guerre civile en cours au Yémen. La nouvelle selon laquelle ni l’Arabie saoudite ni les Émirats arabes unis n’ont répondu aux appels téléphoniques de M. Biden pendant les premiers jours de l’invasion russe en Ukraine illustre parfaitement ce désaccord croissant. L’assouplissement de la position de M. Biden à l’égard de l’Iran, le principal rival régional de l’Arabie saoudite, complique encore les choses (nous y reviendrons).

Le deuxième problème est illustré par le graphique ci-dessous : un effondrement de l’activité de forage en Arabie saoudite et dans les Émirats arabes unis, qui a atteint un niveau inférieur de près de 50 % à celui d’avant le COVID :

Drilling Collapse: Key OPEC Members

Afin de libérer pleinement leur capacité de production, il est probable que les deux pays devront relancer l’activité de forage. Cela signifie que même si la décision est prise d’augmenter la production au maximum, il faudra 6 à 12 mois pour atteindre la pleine capacité de production.

Enfin, le fait que les deux pays produisent à pleine capacité effacerait pratiquement toute capacité de réserve du marché. Sans ce tampon d’approvisionnement essentiel, le marché intégrerait probablement une prime de risque d’approvisionnement, maintenant les prix élevés. Dans ce cas, la production supplémentaire de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis pourrait s’avérer inutile.

Compte tenu de tous ces vents contraires, il n’est pas surprenant que l’administration Biden parcoure le monde à la recherche de tous les barils supplémentaires qu’elle peut trouver, y compris en Iran et au Venezuela.

Négociation active de l’accord avec l’Iran

Les sanctions américaines à l’encontre de l’Iran et du Venezuela ont maintenu la production pétrolière en dessous de sa capacité dans chacun de ces pays. L’administration Biden poursuit actuellement des négociations avec ces deux pays afin de lever les sanctions et de remettre cette production perdue sur le marché.

L’Iran est de loin le meilleur choix, avec environ 1 million de barils par jour de nouvelles réserves supplémentaires qui pourraient être mises en ligne dans les 6 à 12 mois. L’Iran a également environ 100 millions de barils de pétrole en stock, prêts à être vendus immédiatement si les sanctions sont levées. Des rapports récents indiquent des progrès dans les négociations avec l’Iran, ce qui laisse entrevoir la possibilité d’un accord prochain.

La libération immédiate de 100 millions de barils stockés pourrait apporter un certain soulagement au marché à court terme. Mais à plus long terme, les volumes iraniens supplémentaires ne compenseront pas entièrement les barils russes perturbés. Par ailleurs, la levée des sanctions contre l’Iran, qui pourrait permettre au pays de poursuivre son programme nucléaire, est une préoccupation majeure pour les rivaux régionaux que sont l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

En d’autres termes, un accord réussi avec l’Iran pourrait finir par réduire les chances d’obtenir davantage de barils des deux plus grandes sources de capacité de réserve mondiale. Dans le scénario miracle où les trois pays maximisent simultanément leur capacité de production, cela pourrait théoriquement compenser l’impact total des pertes d’approvisionnement attendues de la Russie. Mais là encore, cela réduirait à néant la quasi-totalité de la capacité de réserve mondiale, ce qui n’est pas exactement une recette pour des prix bas.

Pendant ce temps, l’aide potentielle du Venezuela semble beaucoup moins prometteuse. L’industrie pétrolière du pays est dans un état de délabrement total après des années de dysfonctionnement. Même si les sanctions étaient levées demain, le Venezuela aurait du mal à ajouter quelques centaines de milliers de bbl/j au cours des 12 prochains mois. À long terme, le Venezuela pourrait devenir un élément important de la solution d’approvisionnement mondiale… mais cela ne changera pas la donne à court terme.

Il ne reste donc qu’une seule source de croissance significative de l’offre : les schistes américains.

L’offre de schiste continue d’éprouver des difficultés

Les dernières données hebdomadaires de l’EIA montrent que la production pétrolière américaine reste bloquée à 11,6 millions de barils par jour :

US Oil Production 2019-2022

Ce chiffre devrait finalement augmenter dans les mois à venir. Les estimations actuelles font état d’une croissance de la production américaine d’environ 600 000 à 1 000 000 bbl/j d’ici la fin de l’année.

Toutefois, les contraintes en matière de capital et de chaîne d’approvisionnement pourraient constituer un obstacle permanent qui maintiendrait la croissance dans la partie inférieure des estimations, même en dépit des rendements offerts par un pétrole à plus de 100 $.

La semaine dernière, les foreurs américains ont retiré 3 rigs de la circulation, et le nombre total reste inférieur de 23% aux niveaux d’avant le COVID :

US Oil Rig Count 2018-2022

Enfin, examinons les dernières tendances du côté de la demande de l’équation.

Les inquiétudes liées au verrouillage de la Chine sont exagérées

Une résurgence du COVID-19 en Chine a créé un autre catalyseur négatif pour les prix du brut la semaine dernière. Des rapports ont fait surface en début de semaine selon lesquels les autorités avaient verrouillé la ville de Shenzhen, qui compte une énorme population de 17,5 millions d’habitants, parmi plusieurs villes. Ces fermetures ont lieu en raison de la politique de «zéro COVID» du pays.

Mais le contexte est important. Les poussées de COVID et les lockdowns ne sont pas nouveaux en Chine. Leur durée se mesure généralement en semaines, et non en mois. En effet, dès vendredi, les autorités chinoises avaient déjà autorisé la réouverture de certaines usines et des transports publics. Dimanche, le Global Times, un réseau de médias d’État chinois, a annoncé le «contrôle» réussi des cas de COVID et le retour à la normale à Shenzhen :

Global Times Tweet

C’est l’histoire clé de la demande en 2022 : un monde qui va de plus en plus au-delà des restrictions et des blocages du COVID. Même dans les pays où les mesures anti-COVID sont les plus strictes, comme la Chine, la durée et la longueur des confinements semblent se réduire à chaque épidémie.

C’est pourquoi la plupart des organismes de prévision, comme l’EIA, continuent de prévoir un rebond de la demande vers de nouveaux records d’ici 2022. Bien sûr, si les prix continuent à monter en flèche, la destruction de la demande devient une réelle préoccupation.

C’est pourquoi il sera de plus en plus important de surveiller les données de la demande à haute fréquence au cours de la semaine à venir. Dans les dernières données hebdomadaires de l’EIA, nous avons constaté un léger fléchissement de la consommation américaine, qui est revenue des sommets atteints début février aux niveaux de 2019, avant le COVID, ces dernières semaines :

US Oil Consumption

On ne sait pas encore s’il s’agit d’une baisse temporaire ou de quelque chose de plus important. Nous avons des raisons d’être optimistes dans les données de plus haute fréquence. Patrick De Haan, de GasBuddy, recueille certaines des meilleures données à haute fréquence sur la demande d’essence aux États-Unis, et ses derniers chiffres montrent que les conducteurs américains ne se retirent pas encore de la hausse des prix :

De Haan Tweet

Nous constatons également une demande incroyable dans le secteur du transport aérien aux États-Unis.

Demande record de voyages aériens : Le prochain catalyseur de la hausse ?

Les dernières données quotidiennes sur les voyages fournies par la TSA montrent une forte augmentation au cours de la semaine dernière, réduisant le déficit par rapport aux niveaux d’avant le COVID de -15% à -10,5% :

Air Travel Recovery Accelerating

Parallèlement, Reuters a rapporté la semaine dernière que Delta Air Lines (NYSE:DAL) a observé un bond «sans précédent» de la demande, avec les ventes hebdomadaires de billets les plus élevées de l’histoire de la compagnie. Le PDG de Delta, Ed Bastian, a affirmé que «nous n’avons jamais vu une demande aussi forte de toute ma carrière». United Airlines (NASDAQ:UAL) et American Airlines (NASDAQ:AAL) ont également déclaré avoir enregistré une demande record.

Jusqu’à présent, les dernières tendances en matière de consommation d’essence et de transport aérien indiquent que la destruction de la demande n’a pas encore commencé. Au contraire, ces données montrent que nous pourrions être sur le point d’atteindre de nouveaux records de consommation à l’avenir.

Ne comptez pas sur ce marché haussier pour le moment

Malgré la volatilité des prix à court terme, le contexte de l’offre et de la demande de pétrole reste plus optimiste que jamais. Les données récentes sur les stocks montrent que le marché est dangereusement tendu, avant même que les pertes d’approvisionnement en provenance de Russie n’aient eu leur plein impact.

Pour répondre à la nouvelle demande potentielle record de cette année et compenser les 3 à 4 millions de barils par jour de l’offre russe perdue, le marché aurait besoin d’un trio gagnant :

  • Un accord réussi avec l’Iran
  • L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis rompent les rangs avec l’OPEP+.
  • Le schiste américain passe à la vitesse supérieure

Mais même dans ce scénario «Boucle d’or», le marché continuerait à fonctionner à vide en termes de capacité de réserve. Tant que la destruction de la demande ne se manifestera pas (probablement à des prix plus élevés) ou que des progrès significatifs ne seront pas réalisés pour résoudre le problème de l’offre, le marché restera tendu.

Ainsi, même si nous pouvons compter sur une volatilité continue, je n’exclurais pas pour l’instant ce marché haussier.

Source

Похожие статьи

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

Кнопка «Наверх»